Inefável Solilóquio


Paris
10 agosto , 2008, 21:31
Filed under: Desabafo

C’est que je suis heureuse aujourd’hui. Tu ne peux rien. Toi, tu sais faire la torture avec toi-même. Moi, j’ai appris que tu es un petit con. Forcement un (mal)-être humain. Maintenant je sais tout. J’ai dominé l’autre-côté.

Oui, je porte des robes et des collants, mon chéri. En revanche, je parle… Que je parle! Tanpis?

Non. Pas de souci! Je m’intéresse par l’esprit. Tu m’as conquis, quoi! Tu rappeles la vielle? Je ne l’ai jamais aimée. Jamais. Elle était trop lourde, trop triste. Elle n’avait pas d’espoir… Elle disait “trop” et “jamais” toujours. Elle était une petite gamine perdue en France! Elle ne savait que pleurer!

Je pensais que si j’était l’autre…. Si je change quelque chose à moi je peux perdre n’importe que trace de talent pour écrire. Ils s’en fou. Ils ferment les yeux et tout devient merveilleux.

Chanson inconnue au bar.